Loading...

Tag: vélo

Le Tour de France 2011 (version française)

Le Tour de France, comme un voyage à la lune ou une mission de la navette spatiale, est une espèce d’art performatif. Le parcours est dessinée, mais un scénario imprévisible se déroule toujours sur les routes de France. La plupart des Tours de France depuis j’ai commencé à faire attention en 1989 étaient dominés par les grands champions comme Miguel Indurain (cinq maillots jaunes) et Lance Armstrong (sept), avec les brefs interrègnes. Le Tour de 2011, possiblement le meilleur, est peut-être le Tour qui rompra cette modèle de “star-système.” C’est le premier Tour vraiment post-Armstrong, post-Armstrongiste.
Grace peut-être au dessin supérieur des routes français, le parcours du Tour n’est pas le plus difficile des trois grands tours (de la France, l’Italie et l’Espagne). Si le Giro d’Italia, incroyablement dur dans les années recentes (deux ascensions de Mt. Etna dans une journée!?) est une sorte de free jazz, le Tour de France est peut-être un big band de Glenn Miller: structuré, populaire, avec ses conventions familières et ses variations subtils entre les éditions qui se produit des énormes différences de scénario. Le parcours et les ambitions des 198 coureurs créent des histoires grands, petits et insolites, surtout cette année.